Flux RSS

Ubau Mono Ubawareru Mono

Traduit par la team : Blastaf
<> A- A A+

 

Meilleur constraste
Laisser appuyer le bouton gauche de la souris une seconde et relacher pour créer un marque-page à l'endroit que vous souhaitez.

Tome 7 Chapitre 174 – Dispute


Comme hier, de nombreuses personnes étaient réunies sur la place du Royaume Sans Nom. Toutefois, l’expression sur le visage des Homme-bêtes n’était pas des plus amicales.

« Oh ! Mon Roi ! Ce sont des personnes de la même race que Namari et Hisan n’est-ce pas ? Des Demi-humains ? »

Impica essaya de demander aux adultes Homme-bêtes autour d’elle mais sans obtenir de réponse. De plus, elle n’arrivait pas à comprendre pourquoi l’expression sur le visage des autres Homme-bêtes était aussi sombre. Elle ne savait pas ce qui se passait, mais était heureuse de voir de nouveaux collègues arriver.

Un [Portail] créé par la [Magie d’Espace-temps] se trouvait actuellement au centre de la place, et des individus de la race des Demi-humains en sortaient les uns après les autres. Après être sortis du portail, ils regardaient surpris autour d’eux.

« Oh… Huh ! Il s’agit du pays d’Odono-san ? »

« On dirait bien, Baba. Regarde là-bas, il y a des montagnes et une forêt. Nous pouvons vivre dans un tel lieu ! »

Tenant la main de Baba, la jeune fille de la race de Demi-humains appelée Camry avait les larmes aux yeux. Les Demi-humains autour d’elle pleuraient eux aussi. Cette terre recouverte de verdure était un paradis comparé à l’environnement dans lequel ils avaient vécus jusqu’à maintenant.

« Baba, c’est incroyable n’est-ce pas ? Il y a plein de fruits sur le chemin, et champignons et herbes sauvages dans les montagnes, et des poissons dans le lac ! » (Namari)

Camry regardait Namari pendant que celui-ci présentait l’endroit, mais avant qu’il ne puisse terminer, elle l’attaqua.

« Toi, ça ne te dérange pas de l’appeler Odono-sama, mais quand appelleras-tu Baba ‘’Baba-sama’’ ? »

« Ah, Camry n’est qu’une enfant. »

« Quoi ?? »

Namari se mit à courir, poursuivi par Camry.

« Maitre, vous êtes revenu. »

Russ s’agenouilla pour accueillir Yu, ignorant le bruit à l’arrière. Derrière lui se tenaient les Homme-bêtes, les Nains Déchus et les Nains Magiques. Luvanov, Byarune et Mauno, les chefs de chaque tribu, saluèrent Yu de la même façon.

« Comment s’est déroulé l’obtention des jobs et la distribution des cartes d’identification ? » (Yu)

« Tout s’est passé selon le plan. » (Russ)

« As-tu rencontré le moindre problème ? » (Yu)

Les épaules de Luvanov et Mauno tremblèrent légèrement.

« Quelques problèmes, mais rien de bien important. » (Russ)

« Bien, du moment que tout s’est déroulé comme prévu. » (Yu)

« Merci, je suis heureux que vous me fassiez confiance. » (Russ)

D’après sa façon de parler, il était facile de voir à quel point Russ était heureux. D’un autre côté, Marifa paraissait froide, tandis qu’une légère jalousie était visible dans son regard.

« Mon Roi, ces personnes sont ? »

Demanda Mauno en regardant les personnes derrière Yu.

« Oh, ce sont des personnes que j’ai trouvé. Certains d’entre eux possèdent des connaissances sur l’agriculture, et deux d’entre eux sont d’anciens aventuriers donnant des cours à la noblesse. Et cet Oji-san barbu ici présent est un escroc. »

« Mon Roi, je comprends que vous ameniez ici des personnes capables de développer l’agriculture, mais quelle utilité peuvent avoir d’anciens aventuriers et un escroc ? »

La question venait de Lubanov, et représentait les doutes des Homme-bêtes.

« Les anciens aventuriers vont donner des cours aux enfants. L’escroc, quant à lui, sera votre professeur. »

« Mon Roi, je peux comprendre le besoin d’éducation pour les enfants, mais ne vaut-il pas mieux les faire travailler ? Et pouvons-nous vraiment apprendre quelque chose de la part d’un escroc ? »

« Vous voulez que vos enfants travaillent ? Pour la plupart, vous ne savez pas lire et écrire, alors je pense qu’il s’agit d’un enseignement important pour les enfants. De plus, je pense que nous pouvons apprendre de cet escroc, sinon nous nous ferons avoir tôt ou tard. »

Byarune paraissait convaincu par la réponse de Yu, mais ce n’était pas le cas de Luvanov et Mauno. L’escroc paraissait intéressé par la situation et s’approcha en souriant.

« Bonjour, je suis un descendant de la famille royale et le sang de l’Empereur du grand Empire Muvarotton coule dans mes veines. Autrefois, vous et moi nous ne nous serions jamais rencontrés, alors vous devriez être honorés ! »

Lorsque l’homme termina de parler, des rires éclatèrent. Aucun pays ne s’appelait l’Empire Muvarotton. Qui pouvait croire les mots d’un tel escroc, surtout après une telle explication ?

Tout le monde ne pouvait s’empêcher de mépriser cette personne, et pensait ne rien pouvoir apprendre de lui. Mais comme pour tous les ridiculiser, l’escroc caressa sa barbe tranquillement au lieu de se mettre en colère.

« Ne vous faites pas avoir. Il s’agit de son discours habituel. Lorsqu’il offre un mensonge évident, il mélange quelques éléments de vérité dans ce mensonge. Si vous croyez qu’il ment complètement, alors vous vous êtes probablement fait avoir et vous dansez dans la paume de sa main. Son pouvoir est sa parole ; il n’a pas de château, mais en a arnaqué au moins 4 ou 5. »

Après avoir entendu cela, personne n’osait se moquer de l’escroc. Maintenant, toute l’attention était dirigée vers celui-ci, et l’escroc se plaça derrière Yu, considérant que la situation n’était plus amusante.

« Si vous voyez ici des personnes portant des colliers d’esclaves, elles m’appartiennent. Elles ne vous blesseront pas, alors vous ne devrez pas les blesser. Vous comprenez ce qui risque d’arriver si vous ne respectez pas les règles, n’est-ce pas ? »

Yu donnait des colliers d’esclaves aux habitants de l’île pour éviter qu’ils ne soient capturés et réduits en esclavage par d’autres.

« Répète ça un peu ! »

Tout à coup, Yu entendit un cri au milieu de la foule. Lorsqu’il se tourna vers l‘origine du cri, il vit un Homme-bête de la race des ours et Machupi, le jeune chef des Demi-humains, se foudroyer du regard.

« Si vous êtes aussi faibles, les Homme-bêtes risquent d’être exploités par des personnes mal intentionnées. »

« Fais attention à ce que tu dis ! »

Puisque l’Homme-bête avait obtenu un [Job] il y a peu, il possédait une forte confiance en soi et frappa Machupi.

« N’essaye pas d’esquiver ! »

Le visage de l’Homme-bête était rouge de colère, mais Machupi arrêta facilement son attaque.

« C’est tout ce que tu as ? »

« Oh, tu… C’est probablement grâce à ton [Job ] ! »

Le jeune Homme-bête avait obtenu son premier [Job] la veille. Même s’il s’agissait seulement de son premier [Job], celui-ci avait largement décuplé ses capacités physiques d’Homme-bête. Ainsi, puisqu’il venait de perdre un engagement physique, il ne pouvait s’empêcher de penser que c’était parce que Machupi possédait plus de [Jobs] que lui.

« Penses-tu vraiment qu’il y ait des endroit où nous, les Demi-humains, nous puissions obtenir des [Jobs] ? »

« Alors, tu veux dire que tu n’en as pas ? »

Les Demi-humains amenés sur l’île par Yu avaient longtemps survécu au milieu du 56ème étage du donjon de rang B [Enrio de Kusakai].

Même s’ils étaient peu nombreux, ils avaient été obligés de survivre dans un environnement difficile, entourés de puissants monstres. Il était donc naturel qu’il y ait un large écart de puissance entre eux et les Homme-bêtes.

« Baba-san, ces personnes ont servi Odono-sama, et il les a aidés. Je suis sûre qu’il peut aussi nous aider, les Demi-humains. »

« Oui, Odono-san peut probablement nous aider. Je suis tellement soulagée. »

« Si c’est tout ce que vous avez, ne vous surestimez pas trop, Demi-humains ! »

« Oui, et ne nous sous-estimez pas ! »

 Les Hommes-bêtes ne pouvaient pas accepter leur défaite. Tout à coup, un Homme-bête se jeta sur un Demi-humain, suivi par ses camarades.

« Wow, Yu~ ils commencent à se battre. » (Nina)

Suite au conflit entre les Homme-bêtes et les Demi-humains, un brouhaha s’empara de la place. Nina, observant la situation, commença à reculer.

« …Nina, ils viennent vers nous. » (Lena)

Tout à coup, des Homme-bêtes et Demi-humains encerclèrent Nina, Lena et Marifa.

« Hey, même si vous avez obtenu un [Job] hier, vous pensez vraiment pouvoir nous faire face ? » (Marifa)

« Vous essayez juste de fuir parce que vous avez peur, je me trompe ? »

Marifa essayait de se sortir de cette situation en discutant, mais ses opposants continuaient à la provoquer.

« Où essayes-tu d’aller ? Oui, toi avec les longues oreilles ! »

« Je te l’ai déjà dit la dernière fois. Même avec un [Job], tu ne fais pas le poids face à moi ! » (Marifa)

« Je vais te rendre tout ce que je te dois ! »

La personne faisant face à Marifa était la jeune fille Homme-bête autrefois punie par celle-ci. Marifa, forcée de répondre à la provocation, décida de lui donner une nouvelle leçon.

 

« Maitre, vous allez bien ? » (Russ)

« Dans une telle situation, ils ne m’écouteront pas. Peu importe, n’oublie pas de distribuer aux Demi-humains leurs cartes d’identifications plus tard. » (Yu)

« Oui Maitre. » (Russ)

« Namari, tu pourras guider plus tard les Demi-humains vers leur lieu de résidence. » (Yu)

« D’accord ! Je m’en occupe ! » (Namari)

Yu soupira en fuyant la place maintenant transformée en champ de bataille. Puis, il vit tout à coup quelqu’un arriver. La personne ressemblait à une boule de fourrure blanche, mais en regardant de plus près, il s’agissait d’Impica.

« Mon Roi, si vous avez fini de parler, est-ce que je peux jouer avec lui ? »

Demanda Impica en montrant un jeune garçon derrière elle.

« Oui bien sûr. »

« Merci ! Maintenant que j’ai reçu la permission, viens jouer avec moi. »

Impica prit ensuite la main du jeune garçon et partit jouer avec lui, tandis qu’une légère inquiétude était visible sur le visage de celui-ci.

« J’y vais ! »

Même si Yu était leur roi et qu’ils n’étaient pas considérés comme des esclaves, ils devaient demander la permission à Yu comme à un parent. Ainsi, lorsque le garçon entendit la réponse de Yu, il laissa Impica le trainer derrière elle.

 « Laurier, Isaiah. »

« Oui Maitre, qu’y-a-t-il ? »

Le père et la mère du garçon, Isaiah et Laurier respectivement, répondirent en paniquant. Ils étaient reconnaissants envers Yu après que celui-ci les ait achetés à un marchand d’esclave, mais leur cerveau était encore confus après qu’ils aient été transportés ici par magie. De plus, à leur arrivée, une large dispute avait éclatée juste devant leurs yeux.

« Cela risque de continuer pendant quelques temps. J’aimerai que vous veniez avec moi pour inspecter les cultures. »

« Oui ! J’ai appris l’agriculture dans ma famille, alors je vous aiderai du mieux que je peux. » (Isaiah)

Peu après, Isaiah et Laurier purent admirer le splendide verger s’étendant à perte de vue devant eux.

« Il y a tellement d’arbres… »

« C’est vrai, et chaque arbre a l’air en bonne santé. »

« Mais, Maitre, vous avez planté ces arbres trop près les uns des autres. Si vous pouviez les planter avec un peu plus d’espace entre chaque arbre, vous pourriez augmenter leur taille ainsi que la quantité de fruits produits. »

Expliqua Isaiah, ayant remarqué le peu de distance entre les arbres du verger. Toutefois, d’après l’expression sur le visage de Yu, cela allait s’avérer difficile.

« Malheureusement, ce ne sera pas possible. »

« Pardon ? »

« Si nous séparons davantage les arbres, ils risquent de se sentir seul. »

« D’où vient une telle idiotie ? »

« De cette personne ici présente. »

De derrière l’arbre pointé par Yu, Hisui et plusieurs fées observaient la scène. Hisui essayait de se cacher, mais ses cheveux verts brillaient au soleil. De plus, de nombreuses fées étaient rassemblées autour d’elle, alors il était impossible pour elle de passer inaperçue.

« Qu’est-ce que vous faites ? »

« Arrête de parler, Hisui se cache. »

« Wow, Yu risque de nous trouver si vous continuez à parler. »

La scène était tout à fait ridicule, mais Yu était complètement sérieux. Isaiah et Laurier, quant à eux, étaient abasourdis en voyant Hisui.

« Est-ce… une dryade ? »

« Maitre, est-ce une vraie Dryade ? »

« Eh, parce qu’il existe des fausses dryades ? Hisui, qu’en penses-tu ? » (Yu)

Hisui abandonna sa cachette et surgit de derrière l’arbre.

« Huwa, Yu-san, tu savais que je me cachais ? »

« Huh ? Tu appelles ça se cacher ? » (Fée)

« Et bien excusez-moi ! J’essayais vraiment de me cacher ! » (Hisui)

« Aw, ça fait mal ! Tu as intérêt à me compenser avec du miel, sinon je ne te le pardonnerai jamais ! » (Fée)

« Tu voulais du miel depuis le départ n’est-ce pas ? Mais bon, je suppose qu’effectivement, il n’existe pas de fausse dryade. » (Hisui)

« Apparemment, selon eux, il vaut mieux séparer les arbres et leur laisser plus d’espace. » (Yu)

« Non ! Ils vont pleurer et se sentir seuls si on les sépare ! »

Il était rare de voir Hisui se mettre en colère, alors ses paroles paraissaient encore plus convaincantes.

« Puisqu’Hisui a dit non, j’aimerai laisser le verger ainsi. Bien, dirigeons-nous maintenant vers les terrains agricoles. » (Yu)

« Merci. » (Hisui)

« Mon mari et moi nous aimerions nous excuser Mme la Dryade. Vraiment, nous sommes désolés. » (Laurier)

« Allons, pas besoin de vous excuser. C’est plutôt à moi de m’excuser pour mes caprices. » (Hisui)

Isaiah, Laurier et Hisui commencèrent à s’excuser chacun leur tour sans s’arrêter, alors Yu décida de les interrompre et ils s’excusèrent tous une dernière fois avant de s’arrêter.

Enfin, Yu accompagna Isaiah et Laurier jusqu’aux terrains agricoles, et Hisui et les fées décidèrent de venir elles aussi. Momo, qui dormait jusqu’à maintenant sur la tête de Yu, se réveille et fut surprise par les nombreuses fées assises sur les épaules et la tête de Yu. Hisui attrapa immédiatement Momo qui avait failli tomber sous la surprise.

« Alors, pouvez-vous utiliser cette terre comme une terre agricole ? »

« Bien sûr ! La terre est parfaite ? Qu’en penses-tu ? »

« Oui, je peux sentir la force de l’esprit dans la terre, c’est incroyable ! »

Isaiah et Laurier prirent de la terre dans leurs mains et la sentirent. Tous deux étaient capables de sentir l’esprit de la terre, qui affectait grandement le sol et les cultures.

« Chéri, comment est-il possible labourer un terrain aussi grand ? »

« Des centaines de personnes… Non, pour obtenir un tel sol, il faudrait des milliers de travailleurs. »

Comme s’ils imaginaient déjà le plaisir de développer des cultures dans un tel sol, leur respiration s’était accélérée.

« Des milliers de personnes… »

« Shiro a tout labouré. » (Yu)

« Oh oui, c’est vrai qu’elle est toujours en train de dévorer la terre. » (Hisui)

« Shiro ? Est-ce une vache, ou peut-être un cheval ? Pour qu’elle laboure toute seule cette terre… »

« Shiro, si tu m’entends sors de là. »

Tout à coup, la terre se souleva au loin et une petite montagne parut se diriger vers Yu à une vitesse incroyable. Les fées y étaient habituées, mais pas Isaiah et Laurier, qui étaient des personnes normales.

A quelques mètres de Yu, le sol s’ouvrit en deux et une large quantité de terre et de sable se souleva. Yu utilisa sa [Barrière] pour la bloquer.

Puis, les tentacules de Shiro s’enroulèrent autour de Yu. Momo, jalouse, essaya de frapper les tentacules, mais Shiro, prenant cela pour un jeu, attrapa aussi Momo, Hisui et les autres fées. Yu fut soulevé en l’air par Shiro, tandis qu’il regardait toujours Isaiah et Laurier.

« Voici Shiro. »

Tous deux s’évanouirent.

<>
Traduit par la team : Blastaf